Quand les mères décident d’allaiter leur enfant, les conjoints peuvent se sentir un peu démunis, ne sachant pas très bien comment trouver leur place ni comment s’impliquer auprès de leur enfant - tout du moins en ce qui concerne l’alimentation.

Le rôle du coparent dans l'allaitement

En effet, personne d’autre que la mère ne pourra nourrir le bébé, certes – mais le rôle du partenaire n’en est pas moins important !

L’allaitement maternel est un mode d’alimentation merveilleux, dont les bienfaits sont amplement prouvés, mais qui demande énormément d’énergie. La mère aura donc, en premier lieu, besoin de soutien moral de la part de son conjoint. Celui-ci pourra encourager sa femme, la féliciter, la soutenir ou même défendre son choix d’allaitement face à un entourage parfois intrusif.

L'organisation avant, pendant et après les tétées

Le coparent a aussi un rôle à jouer pour participer à l’organisation globale de l’environnement familial, afin de favoriser un bon climat d’allaitement. Il peut ainsi aider sa femme à s’installer confortablement et dans une position adaptée, lui apporter un coussin ou un oreiller supplémentaire, veiller à un éclairage doux notamment pour l’allaitement la nuit, rapprocher une carafe d’eau et un verre, etc.

Pour les bébés qui ont tendance à s’endormir au sein et qui ont besoin d’être stimulés, le partenaire peut s’installer aux côtés de sa femme et stimuler le nouveau-né en chatouillant ses pieds ou son dos, par exemple.

Il est recommandé de changer la couche de l’enfant avant la tétée pour que celle-ci se passe paisiblement et surtout pour éviter de le réveiller en le changeant, alors qu’il sera tout calme et blotti dans les bras de sa mère en fin de tétée.

Là encore, le conjoint peut se charger de « préparer » le bébé avant de le mettre au sein : le prendre dans son berceau, changer sa couche, éventuellement le découvrir et le calmer avant de lui proposer le sein, l'amener auprès de sa femme... La maman pourra ainsi profiter de quelques précieuses minutes supplémentaires de calme avant d’allaiter.

En fin de tétée, même si les rots sont moins fréquents lors de l’allaitement maternel, il est recommandé de tenir le bébé à la verticale pour lui permettre d’éjecter l’air avalé. Le coparent peut aussi se charger de cela, et en profiter pour coucher son bébé immédiatement après.

Les tâches quotidiennes

La mère va être très occupée par les mises au sein qui prendront beaucoup de temps sur sa journée. En ce sens, l’allaitement maternel s’avère en général plus prenant, car les tétées sont souvent plus fréquentes que les biberons.

Pour seconder sa compagne au mieux, le partenaire peut prendre le relais et s’investir davantage dans les tâches domestiques (courses, préparation des repas, ménage, lessives...) et dans les soins auprès de son enfant (bain, soins, câlins, peau à peau...). Tout cela permettra à la maman de se reposer davantage ou de prendre un peu de temps pour elle.

Chers partenaires, votre compagne et votre enfant ont besoin de vous, et votre investissement auprès d’eux est essentiel. L’allaitement maternel n’est pas qu’une histoire de mamans et vous avez toute votre place pour vous investir ! Bien sûr, la relation à votre enfant sera différente de celle que mettra en place votre femme, mais elle est tout aussi belle et nécessaire. Votre compagne a également besoin de vous pour être soutenue et encouragée, afin de tout mettre en œuvre pour faire bénéficier votre bébé des bienfaits de l’allaitement.

Mme Camille D’AVOUT
Sage-femme libérale
Paris

Cet article est réservé
aux membres Malo premium
Découvrir Malo