L’épilation pour l’accouchement est une question qui taraude de nombreuses femmes et qui peut être un peu tabou.

La pilosité pendant la grossesse

Pendant la grossesse, les hormones peuvent influer sur la pilosité. Certaines femmes verront leur pilosité augmenter et pourront même voir apparaître un duvet sur leur ventre et/ou leur visage, alors que d’autres femmes apprécieront une diminution de leur pilosité.

Quoi qu’il en soit, pour le suivi de la grossesse ou pour l’accouchement, aucune épilation du maillot n’est demandée par les équipes médicales. Les femmes sont tout à fait libres de choisir ce qu’elles souhaitent faire ou ne pas faire, et les poils ne sont pas un problème en salle de naissance. Les sages-femmes et gynécologues ne prêtent pas attention à la pilosité de leurs patientes : que les femmes soient très à l’aise avec cela, et surtout, qu’elles fassent ce qu’elles veulent !

Un cas particulier : la césarienne

Il existe cependant une situation pour laquelle une épilation minimum du maillot sera nécessaire. En effet, en cas de césarienne, le chirurgien sera amené à faire une incision chirurgicale très basse sur l’abdomen de la patiente, à la limite du bas-ventre et du pubis. Il faudra alors que le haut du pubis soit épilé afin de ne pas inciser au milieu de poils pubiens.

Si le haut du pubis de la patiente n’est pas épilé et qu’une césarienne se profile, les infirmières du bloc opératoire procéderont alors à un rasage de cette zone (épilation la plus simple).

Avec ce type d’épilation, il peut y avoir une démangeaison et un inconfort à la repousse, surtout que les poils repousseront au niveau de la cicatrice de césarienne. Ainsi, si vous souhaitez éviter d’être rasée sur le haut du pubis en cas de césarienne, n’hésitez pas à anticiper et à vous faire épiler au minimum cette zone (bande de 3 cm en haut du pubis) par une esthéticienne en fin de grossesse.

Pour information, en cas de suture du périnée suite à une épisiotomie ou à une déchirure, il est recommandé de ne pas faire d’épilation du maillot en post-partum pendant le mois qui suit l’accouchement afin de favoriser la cicatrisation de la plaie.

Voilà quelques informations qui vous aideront peut-être à être à l’aise vis-à-vis de votre corps pour l’accouchement !

Camille D’AVOUT
Sage-femme libérale, Paris