Tout d’abord, il est important de souligner que la naissance d’un enfant brouille pour un temps la représentation que chacun se fait de son conjoint ou sa conjointe.

Le corps de la femme devenue mère

De compagne « fille de », la jeune femme devient mère.

Par moments, il se peut que l’homme soit troublé quand se présente à lui l’image de sa propre mère, d’autant plus s’il a vécu la naissance de petits frères ou soeurs.

Si la jeune mère ne reconnaît pas son corps et ne l’aime pas pendant la période de transition (perte de poids, remusculation), elle peut avoir tendance à imaginer un regard dépréciateur de son partenaire. Pourtant, le plus souvent, l’homme ressent de la fierté - à devenir père bien sûr, mais aussi de la fierté dédiée à sa conjointe.

Quelques semaines sont nécessaires pour émerger de l’impression d’étrangeté qui suit l’accouchement. Parfois, certaines jeunes femmes ont eu l’impression de se voir « à côté de » leur corps.

S'accorder du temps

Et puisqu’il est question du regard, n’oublions pas que très souvent, enceintes, elles ont attiré les regards pleins de promesses de tous leurs proches, a fortiori du conjoint. Puis une fois l’enfant né, les regards se tournent volontiers vers le nourrisson et la femme peut se sentir abandonnée, ce qui entame l’estime de soi et provoque la crainte de ne plus plaire…

L’expression « laisser le temps au temps » est ici de mise. Quand les nouveaux parents trouveront leur rythme pour « faire avec » un enfant chronophage et au centre de leurs attentions, quand la fatigue des nuits en pointillé s’atténuera, il est fort probable que la jeune femme reconnaîtra le regard d’envie de son conjoint.

Geneviève WROBEL, psychologue clinicienne, Paris

Cet article est réservé
aux membres Malo premium
Découvrir Malo