Ça y est, plus que quelques semaines avant l’arrivée de votre bébé !

Votre ventre s’arrondit franchement et les chiffres sur la balance ont également une très nette tendance à croître, ce qui ne rend pas toujours faciles vos mouvements, déplacements ou changements de position.

Que se passe-t-il dans le corps d'une femme enceinte ?

Grâce à la relaxine, hormone produite pendant la grossesse, vos tissus gagnent en souplesse et deviennent plus lâches. Cela permet à tous les tissus de votre corps (tendons, ligaments…), et notamment ceux du bassin, de s’adapter à la croissance du fœtus et de permettre l’ouverture suffisante du cadre osseux au moment de l’accouchement pour laisser passer le bébé.

Seulement, il arrive parfois que cette nouvelle souplesse puisse être source d’ennuis… Mais rassurez-vous, bien que ceux-ci soient souvent désagréables, ils sont temporaires et sans gravité.

Les contraintes au niveau du bassin

Les articulations du bassin peuvent devenir instables, voire distendues. Le rachis lombaire (partie de la colonne vertébrale située en bas du dos), quant à lui, lutte pour trouver une stabilité sur ce socle branlant. Ajoutons à cela le ventre qui pèse et tire vers l’avant...

C’est ainsi que les douleurs lombaires, la sensation de claquement au niveau du pubis, les pointes douloureuses dans les fesses ou encore la fameuse sciatique viennent jouer les trouble-fêtes. Elles sont les conséquences – normales mais parfois pénibles – de l’adaptation mécanique de l’organisme à ce changement de posture.

Les ligaments externes et internes ainsi que toutes les membranes du bassin, trop relâchés, peinent à jouer leur rôle de support et de maintien du système nerveux et musculo-squelettique. Cela peut engendrer des douleurs nerveuses irradiant du coccyx au pubis, pouvant passer par la vulve, le vagin ou l’anus.

Les contraintes au niveau des artères et des veines

La relaxine agit également au niveau des parois des artères et des veines. Elle est responsable de leur trop grande dilatation, ce qui aggrave la constipation et favorise l’apparition d’hémorroïdes au niveau rectal.

Cette dilatation veineuse entraîne à certains endroits la formation d’œdèmes, que l'on peut retrouver au niveau des poignets (le fameux syndrome du canal carpien, qui provoque douleur et fourmillements) ou de la vulve (gonflement douloureux et handicapant des grandes lèvres).

Les conséquences de l'augmentation de la taille de l'utérus

Votre utérus atteint petit à petit la taille d’une belle pastèque, tire sur ses attaches et bouscule un peu tout ce qui l’entoure.

Au niveau des viscères, il est possible que vous soyez ennuyée par des sensations de pesanteur pubienne ou des fuites urinaires, car votre vessie est écrasée par votre utérus. Vous pourriez également ressentir votre rectum coincé entre les deux ligaments utéro-sacrés.

Vous serez peut-être victime de reflux (remontées acides dans l’oesophage) car votre estomac bloqué entre un diaphragme trop tendu et une tête (ou un pied, ou une fesse) de fœtus vous crie qu’il manque de place, s’agace et s’acidifie encore plus !

Au niveau du système circulatoire, les vaisseaux sanguins ou nerveux écrasés sur leur trajet par l’utérus peinent à vasculariser, drainer et innerver les tissus. Cela peut être à l’origine de sensations de brûlures, de fourmillements ou d’œdèmes au niveau du pubis, de la vulve, du vagin, de l’anus, des fesses, de l’aine…

Enfin, au niveau de l’utérus lui-même, les tensions s’exerçant sur lui et le manque de place peuvent engendrer des contractions précoces dites de « faux travail ». Vous remarquerez peut-être que votre ventre se durcit d’un coup, sans douleur, pendant quelques minutes. Bien que ces contractions ne soient pas dangereuses et ne conduisent pas à une ouverture de col, il est quand même recommandé de consulter votre gynécologue en premier lieu afin de vérifier que votre bébé se porte bien. Si c’est le cas, c’est simplement votre utérus qui vous demande lui aussi de lui apporter un peu de soulagement.

Quels sont les bienfaits de l'ostéopathie en fin de grossesse ?

Évidemment, les ostéopathes ne sont pas magiciens : nous ne pouvons pas diminuer la sécrétion de relaxine, ni faire disparaître quelques kilos pour vous alléger !

En revanche, l’ostéopathie périnatale a pour but de vous aider à vous soulager des contraintes citées au-dessus. Les techniques utilisées détendront les muscles, les membranes et les ligaments trop tendus. Cela redonnera de l’espace et du mouvement à tous les tissus qui en manquent, vous aidera à vous équilibrer dans votre nouvelle posture et vous permettra de souffler !

Une fois le bon équilibre et le bon fonctionnement de tout votre organisme retrouvés, vous serez fin prête à vivre plus sereinement les dernières semaines de votre grossesse.

La préparation à l’accouchement en tant que telle ne nécessite rien de plus, puisque le bon déroulement de toutes les étapes de l’accouchement réside principalement dans le fait que la maman se sente détendue et en confiance le jour J (le stress étant l’ennemi principal de l’accouchement), et que son corps entier soit le plus équilibré et mobile possible.

Marie VITIELLO
Ostéopathe, 94 St-Maur-des-Fossés