Comment survient le sentiment d’abandon ou d’exclusion que ressent parfois le nouveau père (ou coparent) ?

Dans la triangulation toute neuve coparent/mère/enfant, les deux partenaires ont à trouver leurs places respectives de parents en « réinventant » l’alchimie singulière du couple. Ce n’est pas si simple : un certain temps est nécessaire, surtout quand la fatigue s’installe. Heureusement, le plus souvent, l’émerveillement devant leur enfant les réunit.

La proximité entre la mère et le nouveau-né

Mais il arrive que le conjoint ait l’impression que son enfant prend toute la place, notamment SA place auprès de sa partenaire. Combien de coparents disent attendre que leur bébé ne soit plus allaité pour donner un biberon et ressentir le plaisir que seule la mère ressent depuis la naissance ? Combien attendent que leur enfant n’envahisse plus le territoire émotionnel de la mère dont il ne leur reste, selon eux, que des miettes ?

La « préoccupation maternelle », à laquelle la femme s’est inconsciemment préparée durant la grossesse, l’absorbe dès la naissance. La proximité partagée entre mère et nourrisson semble évincer le désir auparavant destiné au conjoint, comme s’il sentait sa compagne comblée par cet enfant.  C’est ce que l'on peut entendre des coparents en difficulté, parfois même déprimés par ce tsunami qui ne pouvait être anticipé.

L'évolution des relations au sein du couple

Bien souvent, le temps fait son œuvre, et le processus de restauration du sentiment amoureux et du désir rassure le second parent - quand l’enfant les laisse dormir ou quand un tiers peut leur offrir quelques moments de liberté.

Parfois cependant, il s’éloigne et adopte une position de retrait au lieu d’attirer l’attention de sa compagne, de se pencher avec elle sur le berceau, d’inventer avec humour un nouveau langage, d’évoquer des projets communs, de concocter des moments même fugaces de bien-être ensemble… Il se retire et s’absorbe dans son travail le jour, et sur les réseaux sociaux et séries le soir et une partie de la nuit. La sexualité paraît loin de ses préoccupations et le désir s’étiole.

Au sein du couple, la vigilance de l’un comme de l’autre le poussera, si possible, à consulter pour exprimer son désarroi, ses incertitudes ainsi que son sentiment d’abandon.

Geneviève WROBEL, psychologue clinicienne, Paris