24 réflexions sur la parentalité par Illana Weizman

1. Le savoir c’est le pouvoir. On ne saute pas en parachute sans préparation. C’est pareil pour la parentalité !

2. Savoir poser ses limites, c’est inviter son enfant à poser les siennes.

3. Comme mère, vous serez critiquée quoi que vous fassiez, alors autant faire ce sur quoi vous vous sentez alignée.

4. Les pères n’« aident » pas, ils font leur part.

5. La bienveillance ce n’est pas que pour vos enfants et votre entourage, c’est aussi pour vous.

6. Parler de ses difficultés maternelles, c’est aussi permettre à d’autres de le faire.

7. Les parents ne sont pas là pour donner les réponses, mais pour aider les enfants à trouver les leurs.

8. Les pères sont encensés pour faire le strict minimum lorsque les mères sont accusées au moindre faux pas.

9. La maternité c’est le sublime et l’aliénation, en même temps, tout le temps.

10. Pratiquez la parentalité bienveillante tant qu’elle est aussi bienveillante envers les parents.

11. 15 à 20 % des mères font une dépression post-partum.

12. « Démystifier les mères et la maternité est un préalable indispensable à la lutte. Affirmons ceci : nous sommes des mères, des individus, pas des archétypes » Fabienne Lacoude, Daronne et féministe

13. Votre maternité vous appartient.

14. « Il faut croire les femmes plutôt que les interpréter » – Judith Aquien, Trois Mois sous Silence

15. Avoir mal n’est jamais normal, vous méritez que l’on prenne soin de vous.

16. Nous n’avons pas fait des enfants, ils nous ont fait parents.

17. L’instinct maternel tel qu’il nous est présenté n’existe pas. Il s’agit de pratique et de constructions dans le temps.

18. Tu as le droit de parler de tes souffrances parentales, tu as le droit de demander de l’aide.

19. « constamment en train de toucher du doigt le paradis et de sombrer dans un trou noir. Sentant ces deux amplitudes aussi crûment qu’au premier jour » - Cécile Doherty-Bigara, Nouvelle mère

20. Il faut cesser de constamment dire aux mères quoi et comment faire les choses comme si la maternité nous faisait tomber dans le domaine public.

21. « Je suis la fille d’une femme pour qui la maternité a signifié l’arrêt de sa propre vie (…) où ma mère a fait le choix entre sa vie et ses filles, j’ai fait le mien. Ce sera lui et moi » Cécile Doherty-Bigara, Nouvelle mère

22. Il faut chérir le corps post-partum pour ce qu’il a accompli de grandiose plutôt que de le reléguer aux coulisses de la maternité.

23. Le sacrifice n’est pas une condition sine qua non à l’amour et à la maternité.

24. Chaque parent est unique, chaque relation parent-enfant est unique, ne vous comparez pas, soyez fidèle à qui vous êtes.