Avant toute chose, Mesdames : quelle que soit la manière dont vous avez accouché, accouchement difficile ou rapide, déclenchement naturel ou médicalisé, césarienne ou voie basse, vous êtes des championnes !

Et bien que la rencontre avec votre bébé vous fasse souvent oublier ce dernier épisode de votre grossesse, votre corps lui, s’en souvient… et ne manquera pas de vous le rappeler !

Selon la définition médicale, le post-partum commence avec la sortie du placenta et va jusqu’au retour de couches. En pratique, il peut durer encore des semaines, des mois, voire des années encore, puisque chez de nombreuses femmes, la grossesse et l’accouchement laisseront quelques désagréments… et même des séquelles.

Parce qu’après avoir enduré les douleurs ligamentaires de grossesse, les nausées, les remontées acides, les sciatiques et autres crises hémorroïdaires, l’accouchement ne signe pas tout à fait la fin des festivités… !

Voici quelques raisons qui peuvent rendre votre post-partum difficile :

  • La prise de poids associée au changement de posture de fin de grossesse, puis les contractions et le passage du bébé (plus ou moins costaud) n’ont pas épargné votre dos ni votre bassin. Cela se traduit par des douleurs musculaires, articulaires, nerveuses, une sensation de corps « passé sous un rouleau compresseur », un bassin « en vrac », élargi, et douloureux au moindre mouvement.
  • Le passage du bébé à travers le bassin peut aussi passablement bousculer les organes qui se trouvent sur son passage, dont la vessie et le rectum. Une fois sur pied, cela peut se traduire par une sensation de pesanteur sur votre périnée comme si vos organes étaient « descendus d’un étage » et être à l’origine de fuites urinaires, fécales, ou d’hémorroïdes.
  • La péridurale peut également vous laisser une douleur intense dans le dos au niveau du point de ponction voire sur l’ensemble du rachis, et cela peut durer quelques jours à plusieurs mois après l’accouchement.
  • Une déchirure du périnée, une épisiotomie ou une césarienne peuvent générer un inconfort ou des douleurs persistantes au niveau des points de suture de la cicatrice et ce, parfois longtemps après le délai de cicatrisation habituel.
  • Et bien sûr, la fatigue physique et nerveuse, fréquemment accompagnée de maux de tête, qui couronnent le tout.

Mesdames, tous ces inconforts, ces douleurs, qui gâchent vos premiers moments avec votre nouveau-né ne sont pas une fatalité !

Que vous soyez concernée par les points précédents ou que vous ayez la chance d’avoir vécu une grossesse sans difficulté et un accouchement « de rêve », une séance d’ostéopathie sera fortement recommandée afin de :

  • Redonner de la mobilité à toutes les articulations du dos et du bassin (les os pubiens, les articulations sacro-iliaques, lombo-sacrée, sacro-coccygienne),
  • Vérifier l’état du système ligamentaire et musculaire pelvien global (qui a fortement été étiré notamment pendant la fin de la grossesse et pendant l’accouchement),
  • Aider les viscères à reprendre leur place, retrouver leur mouvement et leur fonction optimale (vessie, rectum, estomac, intestins…),
  • Relâcher le diaphragme, vérifier la mobilité de l’ensemble de la cage thoracique,
  • Libérer les possibles adhérences cicatricielles et apaiser les cicatrices douloureuses (péridurale, césarienne, épisiotomie).

Globalement, le travail de l’ostéopathe est d’aider votre corps à se ré-harmoniser, de booster votre récupération, de faciliter votre rééducation périnéale et abdominale et cela, dès la sortie de la maternité jusqu’à plusieurs semaines après votre accouchement.

Le post-partum c’est aussi la rencontre entre un nouveau-né et son/sa père/mère : ce sont tous les jours, les semaines, les mois qui vont suivre la naissance, durant lesquels chacun apprend à vivre avec autre, à se comprendre, à communiquer, à s’aimer.

C’est une période où les parents vivent des doutes, des incompréhensions, des moments de joie intense accompagnés de moments au moins aussi intenses, en fatigue et en stress.

Une séance d’ostéopathie sera également le moment d’évacuer tout cela, auprès d’un praticien qui saura vous donner les conseils et astuces dont vous aurez besoin.

… et pour les papas :

Certes vous n’avez pas accouché, mais l’arrivée d’un nouveau-né est également un grand changement dans votre vie.

Vous êtes maintenant le soutien infaillible de votre compagne qui a plus que jamais besoin de vous à ses côtés pour se remettre de la fin de grossesse.

Vous êtes aussi responsable d’un petit être gourmand en attention et en câlins, or vos nuits sont plus courtes et les pleurs de bébé mettent parfois vos nerfs à rude épreuve.

C’est pourquoi il est important (voire nécessaire) que vous puissiez prendre du temps pour vous aussi. Une séance d’ostéopathie sera l’occasion de vous détendre et de vous relâcher après l’intensité des derniers jours. Vous aurez peut-être besoin aussi de quelques conseils de portage pour ne pas vous faire mal au dos, pour calmer bébé, lui faire faire son rot…

Marie Vitiello
Ostéopathe

Cet article est réservé
aux membres Malo premium
Découvrir Malo